Hijama – médecine prophétique

La Hijama est une technique ancestrale qui aide à libérer les tensions musculaires. Elle consiste à effectuer, à des points précis du corps, des incisions superficielles et d’y appliquer des ventouses. Ces dernières mises sur des zones particulières du corps vont aspirer le sang et provoquent la stimulation de l’organisme.

La pose ne dépasse pas 20 minutes et n’est pas douloureuse. D’ailleurs, plusieurs athlètes ont eu recours à l’incisiothérapie, notamment durant les Jeux Olympiques. Cela témoignent de son efficacité de point de vue récupération après l’effort sportif.

La hijama est une méthode de soins de plusieurs pathologies que nous allons expliquer dans notre article.

Histoire de la hijama

Technique datant de plus de 1500 ans, la hijama, ou extraction par ventouses, permet le soulagement de plusieurs maux comme:

  • Fertilité.
  • Rhumatisme.
  • Allergies.
  • Asthme.
  • Pathologies cutanées.
  • Problèmes hormonaux.

Également épurative, elle permet l’élimination des substances présentes en excès dans le corps : acide, cholestérol, résidus de médicaments. Elle possède des actions neurologiques et neuro-végétatives.

Extraite du mot Hajém, la hijama est une technique de soin utilisé dans l’islam et autorisée par la Sunna. La cupping thérapie est une médecine ancestrale (pratiquée en Égypte), mais aussi médecine traditionnelle reconnue par les Chinois.

Le déroulement de la séance

La « thérapie des ventouses » a pour principal objectif l’élimination des toxines du corps et l’amélioration de l’état de santé générale. Les ventouses utilisées sont soit en plastique soit en verre.

Elle sont placées sur des zones spécifiques du corps pour lui apporter: la vitalité, le bien-être, la force… La séance de cupping thérapie peut facilement être associée à la naturopathie. 

L’utilisation des ventouses varie selon le cas. On peut les utiliser à chaud à l’aide de flammes, avec un système d’aspiration mécanique de l’air sinon à froid.

Types de ventouses

Lors de la séance de cupping thérapie, le praticien peut utiliser 3 sortes de ventouses.

  • Méthode de succion, également surnommées ventouses naturelles.
  • Les ventouses à combustion qui permettent l’aspiration de la peau.
  • Les ventouses à valve, les plus utilisées.

Lors de sa première consultation chez le praticien, le patient discute avec lui de ses craintes, de son alimentation… mais aussi de la douleur. Après détermination de l’état d’angoisse et de la cause des maux, le praticien pourra commencer la thérapie.

Les différentes pratiques de la hijama

Il existe différentes formes de cupping thérapie. Selon les circonstances des douleurs et les besoins que le praticien définit quel type de cupping thérapie adapté.

Découvrons maintenant les diverses formes pratiquées :

La dry cupping thérapie

Encore plus douce que la cupping thérapie, la hijama sèche, également appelée « dry cupping », effectue une succion de 10 minutes sur les zones concernées sans retirer de sang.

Cette technique est différente de la pratique traditionnelle, car les coupures ne sont pas réalisées et le sang n’est pas retiré. En effet, après 10 minutes d’application, on ne remarque plus d’effet, et tant la pression est grande durant ce laps de temps, tant les ventouses sont efficaces sur les douleurs.

La Moving cupping thérapie

Ayant le même principe, la Moving cupping thérapie agit avec la succion des ventouses, qui seront ensuite déplacées dans un mouvement de “S” ou de haut en bas. On peut apparenter cette technique à un massage efficace pour les douleurs situées au dos : muscle trapèze et des muscles paravertébraux.

Cependant il est nécessaire d’appliquer de l’huile sur la zone à traiter pour faciliter le passage des ventouses.

Hijama et zones d’incisions

Contrairement aux massages, la Hijama fonctionne par aspiration, donc pas de libération par pression, il s’agit bel et bien d’une libération par aspiration et évacuation. 

Principalement basées sur la fluctuation des énergies du corps, les ventouses sont placées sur le corps en fonction des méridiens énergétiques. Le point de douleur se traduit par le fait qu’il y’a un blocage de l’énergie à cet emplacement.

Il existe plusieurs endroits pour faire les incisions…nous pouvons citer :

  • Au-dessus de la tête (au centre plus exactement) (Al hémma).
  • Sur les deux côtes du cou (Al Okhdouain).
  • Au-dessus du dos entre les épaules (Al Kéhel).
  • Sur les pieds (en dessus).
  • Sur les ovaires.

Pour les cas de sorcellerie ou du mauvais œil, il faut mettre les ventouses sur les endroits de la douleur.

hijama bienfaits

Quelles sont les bienfaits de la hijama ?

La hijama dispose d’une multitude de bienfaits tels que : la régulation du taux de fer, des taux de l’hémoglobine et des plaquettes, de créatine, de cholestérol…

Grâce à la stimulation du système immunitaire et des globules blancs, cette technique permet de réguler les taux d’hormones responsables de l’acné, des soucis de fécondité, de kystes et autres dérèglements hormonaux. 

Elle permet aussi d’éliminer quelques sorcelleries qui se trouvent à l’intérieur des corps des personnes envoûtés. C’est pour cela que plusieurs raki la proposent comme complément à la roqya.

Lorsqu’elle est pratiquée sur la tête et à la base du cou, la cupping thérapie joue le rôle d’un véritable remède pour les maladies neurologiques comme l’épilepsie, mais aussi pour la migraine et les forts maux de tête. En ce qui concerne la première vertu des incisions c’est la relaxation et le bien-être, d’ailleurs c’est expliqué par la sécrétion d’endorphine. 

Prévention et détoxification

C’est aussi une technique de soins préventive, mais aussi curative : elle est utilisée en cas de nécessité pour les douleurs et les maux physiques. 

Nombreux hadiths dans la sunna rapportent ses bienfaits et la recommandent.

hijama sunna

Hijama dans la sunna

D’après Sahih Al-Jamii, le prophète Mohammad (SAW) a dit :

Pendant mon Voyage nocturne, je ne suis pas passé devant un groupe d’Anges sans qu’ils me disent : Ô Muhammad ! Ordonne à ta communauté de pratiquer Al-Hijama

Rapporté par Anas Ibn Malik.

Anas Ibn Malik a également rapporté que le prophète Mohammad (SAW) s’est fait faire l’incisiothérapie et a payé celui qui la lui a effectuée. On en comprend qu’il est licite dans la sunna de rémunérer celui qui la pratique.

Jabir rapporte aussi que le prophète Mohammad (SAW) a pratiqué l’incisiothérapie sur sa hanche, en raison d’une douleur.

Elle stimule aussi l’immunité et est efficace contre les migraines et l’affaiblissement de la mémoire. Le prophète (SAW) l’a pratiqué sur son crâne alors qu’il était en état de sacralisation, en raison d’une migraine. Il est conseillé cependant de la pratiquer à jeun :

La hijama à jeun est meilleure, et elle augmente la raison, la mémoire et facilite l’apprentissage.

Sahih sounan ibn Maja

Cependant, d’aprés des quelques savants, elle rompt le jeûne :

Celui qui applique Al Hijama et celui qui se la fait appliquer ont tous deux rompu le jeûne.

At-Tirmidhi

Précaution a prendre

Cependant, l’incisiothérapie ne doit pas être pratiquée sur certaines personnes :

  • femmes enceintes.
  • les jeunes enfants.
  • les personnes faibles.
  • les personnes sous anticoagulants.

Il faut prendre certaines précautions, comme s’assurer que le patient ne souffre pas d’un diabète ou de maladie aux reins. En ce qui concerne les personnes âgées, il est conseillé d’éviter les coupures et les remplacer par des piqûres. La technique dure entre 25 et 30 min et ne dépassant pas 3 zones d’acupression à la fois.

Il est conseillé, pour ceux qui souffrent de constipation, de prendre une douche froide après la séance de hijama. Il faudra éviter la pression d’eau à l’aide d’une bassine et en utilisant ses mains pour ramener l’eau.

Références

Dr El Sayed, « Methods of Wet Cupping Therapy (Al-Hijamah): In Light of Modern Medicine and Prophetic Medicine ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *